Le Grand Message de l’Enfant Jésus
de Sievernich à l’humanité de 21.03.2020

 

L’Enfant Jésus de Prague est apparu, comme je le connais, il portait une couronne, une robe et un manteau de son sang précieux avec brocart d´or et rouge. Il est venu à moi avec un tissu blanc roulé et avec le Livre d’Or. Il étalait le tissu, et il m’ordonna de m’agenouiller et de prier la « Notre Père ».

Puis Il m’a béni avec un signe de la croix sur mon front. « Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ! Amen. »

Je devrais prier. Il m’a regardé dans les yeux. Il a tenu mon menton pendant un certain temps, c’est-à-dire que sa main était sous mon menton.

Puis il a dit :

« Je permets que mon peuple et toute l’humanité doivent vivre une période de repentir, comme je te l’ai souvent annoncé. Ils m’ont oublié, leur Seigneur. Je permets que vous deviez renoncer à mon corps, ma chair et mon sang. Ma volonté est que vous me priez de venir à vous spirituellement.

Chaque jour, je me suis donné à l’humanité comme un sacrifice. Avez-vous honoré mon sacrifice ? Les idoles ont emménagé au lieu de suivre mon sanctuaire. Ma parole n’était plus vécue et il était interprété à volonté. Les Saintes Écritures ont été changées par vous.

Un temps de repentir et de réflexion renforcera mes fidèles. Pour l’humanité, c’est l’appel à la conversion de ses péchés.

Je suis avec vous et je ne vous quitte pas. Demandez à mon aide, sanctifiez-vous dans la prière. C’est un moment de prières. Le temps de votre créance est fini.

Si l’humanité ne se convertit pas après cette période de repentir, je vais incliner mon sceptre sur l’humanité. C’est mon appel à vous, ne pas pour vous punir. Je veux vous sauver dans la vie éternelle.

Il s’est passé tant de choses, et j’ai regardé l’humanité, mon Église. Je vous ai envoyé ma très Sainte Mère et sa Parole a été rejetée juste au moment où mon corps a été rejeté. Je désire mon corps dans les mains sanctifiées, et vous le distribuez, la façon dont vous faites un repas, un morceau de pain que n’importe qui peut acquérir.

Je suis moi-même le grand prêtre du Père éternel et j’ai établi le sacerdoce. Tu devrais garder toute ta vie sur toutes les générations. Comment faites-vous face à Mon héritage (*) ? Gardez-vous le sacerdoce en mon nom ?

Ce n’est pas le monde qui a établi le sacerdoce. C’est pour ça qu’il ne peut jamais être du monde. Je l’ai mis dans le monde pour que je sois avec vous par l’intermédiaire de mes prêtres et vous affermissez par mes sacrements de mon église. Le sacerdoce n’est pas laïque. Mais beaucoup de gens veulent tout concevoir selon leurs propres souhaits.

J’ai permis leurs humiliations à cause des grandes fautes de mes prêtres ordonnés. J’ai vu la flamme de Mon Amour s’éteindre dans leurs cœurs. C’est une abomination pour moi quand mes prêtres deviennent sécularisés. Ils ne servent peut-être qu’un seul Seigneur, Moi. J’ai permis le temps du repentir et du repentir, que vous alliez en vous et que vous vous souveniez que vous n’êtes pas Dieu. »

 

L’enfant Jésus s’est approché de mon visage avec son visage.

« Vos péchés crient au ciel », dit-il. « Votre non-respect, le meurtre des petits dans votre corps, l’exploitation des hommes et Ma création, les guerres, toute votre insensibilité, qui n’est enracinée que dans votre acte impitoyable.

 

Tombez à genoux dans vos maisons et priez le Rosaire. Priez à mon sang précieux. Priez l'Acte de Contrition. Vous pouvez sauver le monde par votre repentir, votre repentir et votre conversion, par votre prière. Convertissez-vous ! »

Il m’a embrassé sur le front et m’a béni. Alors je ne l’ai plus vu.

 

Ce message est annoncé sans préjuger du jugement de l´Église catholique romaine.

 

cf. 1 Corinthiens 11 : 23-32

L'Acte de Contrition du Saint Cardinal Bellarmin :

« Mon Dieu, tu es la bonté infinie et digne d’être aimé avant tout. C’est pourquoi je t’aime de tout mon cœur et par-dessus tout. C’est pourquoi je suis grandement affligé de vous avoir offensé ; et je me repens de tout mon cœur de mes péchés, je fais un ferme propos de ne jamais plus vous offenser à l'avenir, moyennant votre divine Grâce. »

 

Et plus loin du catéchisme catholique de Robert Bellarmin, il est dit :

« Quiconque fait un acte de repentir parfait est immédiatement pardonné pour le péché, même s’il est toujours obligé de l’avouer en temps voulu. »

Il poursuit en disant : « Si une personne est en danger de mort sans confession, comment peut-il se libérer du péché ? »

« Il pouvait se libérer d’un acte de remords complet. »

(Source : page 59, Robert Bellarmin : catéchismes, croyance, Père Ours, Echter Verlag 2008, Wurtzbourg, ISBN 978-3-42903046-9. Traduit et édité par Andreas Wollbold.)